Alphonse Delacroix, architecte de la faculté des sciences

Pascal Brunet

En décembre 1839, la construction de locaux destinés à la faculté des sciences est décidée : Ils doivent s’inscrire dans l’enceinte de la faculté des lettres. À cette fin, en août 1841, Abel François Villemain (1790-1870), ministre de l’Instruction publique, adresse un cahier des charges au recteur. La conception du projet est confiée à Alphonse Delacroix qui remet, en décembre 1841, deux projets au conseil municipal. Le premier, conforme au cahier des charges du ministre, prévoit des constructions nouvelles pour un montant de 75 000 francs. Le second, chiffré à 31 500 francs, installe la faculté des sciences dans les bâtiments anciens, pourtant restreints et inadaptés.Cette variante au rabais ne paraissant pas suffisante au conseil royal de l’Instruction publique, la ville finit par accepter le projet le plus coûteux en août 18421.

Alphonse Delacroix (1807-1878), architecte municipal de 1837 à 1878. Photographie de 1847.
Collection particulière

A. Delacroix livre ses nouveaux plans le 1er octobre 1843. Le premier présente les « Façades et coupes des bâtiments construits ou à construire dans la partie Est » [sic, en fait sud], avec la « Coupe sur la salle des cours de physique et de chimie », les « Façades Est et Ouest [sic, en fait sud et nord] du bâtiment des cours de physique et de chimie », la « Coupe de l’atelier et du cabinet de physique » et la « Façade du bâtiment des cours de mathématiques ». Le deuxième est un plan du rez-de-chaussée, exposant « l’atelier et le laboratoire de physique », sur lequel se distingue en particulier la « petite ouverture pour le passage d’un rayon solaire » qu’il convient de mettre en relation avec la « petite cour pour des expériences sur la lumière »

Alphonse Delacroix (1807-1878), « Projet de constructions et d’appropriations pour établir une Faculté des sciences dans les bâtimens de l’Académie de Besançon. Plan d’une partie des bâtimens de la faculté des sciences construits ou à construire du côté EST, Rez-de-Chaussée », 1er octobre 1843. Archives municipales de Besançon, 2Fi548.

Cinq autres dessins sont datés du 4 janvier 1844. Sur la « Feuille n° 1 », « Plan général de la maison »,l’architecte fait notamment figurer en rose le rez-de-chaussée de l’aile neuve, qu’il place au sud de la cour de l’académie, face aux anciens bâtiments de l’abbaye.

Illustration AMB-4M4-06. A. Delacroix, « Plan général de la maison », 4 janvier 1844. La légende de ce plan fait notamment apparaître, en B, le jardin botanique, et en L, la « Petite cour pour des expériences sur la lumière ». Archives municipales de Besançon, 4M4.

Le plan figurant sur la « Feuille n° 2 » présente le détail des aménagements intérieurs de l’aile neuve destinée à la faculté des sciences. L’architecte prévoit d’y installer différentes salles, chauffées par un poêle : l’une pour les cours de mathématiques et des examens, l’autre pour les cours de physique et de chimie, dotée en plus d’un fourneau et d’une hotte ; mais aussi deux cabinets, dotés d’une table et d’armoires vitrées : l’un de physique, l’autre des produits chimiques ; et enfin de pièces spécifiques : un vestiaire et une salle d’attente des professeurs et le cabinet du doyen et des examinateurs (Figure 3).

Fig. 3 : Illustration AMB-4M4-04. A. Delacroix, « Plan d’une partie des bâtimens de la faculté des sciences construits ou à construire du côté EST [sic en fait nord] », 4 janvier 1844. Archives municipales de Besançon, 4M4.

La « Feuille n° 3 » donne le détail de l’aménagement des laboratoires de chimie et de physique, tandis que le plan de la « Feuille n° 4 »correspond aux salles « à approprier pour le cours d’histoire naturelle, le cabinet et pour la bibliothèque ». Toutes trois sont situées à l’étage de l’ancien bâtiment, à la fois au-dessus de l’appartement et des bureaux du recteur et des salles de la faculté des lettres.

La « Feuille n° 5 »est consacrée à la nouvelle « Façade du bâtiment des cours de mathématiques », située en entrant à gauche dans la grande cour, ainsi qu’à la « Façade Ouest [sic, en fait nord] du bâtiment des cours de physique et de chimie ».

Illustration AMB-4M4-05. A. Delacroix, « Façade et coupes des batimens construits ou à construire dans la partie EST [sic en fait nord] », 4 janvier 1844. Archives municipales de Besançon, 4M4.

Le 6 juillet 1844, le recteur adresse une lettre au ministre pour lui indiquer que le chantier progresse rapidement : « les travaux de maçonnerie sont presque terminés et l’on pourra poser les combles, dont tous les matériaux sont taillés » ; « la plus grande partie des objets de menuiserie intérieure sont prêts à être posés, on ferre les croisées ». Le 21 août, dans une seconde correspondance, le recteur annonce que « les bâtiments sont terminés et couverts » et que l’on « travaille à la plâtrerie de l’intérieur ». Le 10 septembre, le chantier touche à sa fin ; seuls restent en suspens les fourneaux des laboratoires de chimie et de physique. L’architecte ne sait quelle disposition il doit adopter pour cette construction et désirerait « que le professeur de chimie [Henri Sainte-Claire Deville] arrivât assez tôt pour la diriger » ou qu’on veuille bien lui en adresser, soit un programme, soit un croquis. Ce dernier lui répond en novembre et lui indique les « diverses mesures à prendre tant pour les derniers travaux d’appropriation du local de la faculté des Sciences, que pour l’organisation définitive de cette faculté ». H. Sainte-Claire Deville réclame la « construction, dans la cour de derrière, d’un petit bâtiment isolé avec un puits et une pompe pour les travaux du Professeur de Chimie […], l’établissement d’un cabinet et d’un laboratoire pour le Professeur de Minéralogie […], et l’appropriation de deux chambres pour les travaux du professeur de botanique et de zoologie […] ». Un devis sommaire chiffre ces finitions à 14 000 francs.

Le 19 février 1845, « le Conseil accueille avec un vif intérêt l’ordonnance royale qui constitue définitivement la faculté des sciences à Besançon et nomme les Professeurs à cinq des six chaires dont l’enseignement doit être doté ».

Le 27 mai, les projets de Delacroix sont soumis à la municipalité, qui les approuve, et le 29 mai, la commission municipale des finances accorde une prise en charge des constructions neuves, adjugées à l’entrepreneur Voisin pour la somme de 80 539,52 francs et fixant les honoraires de l’architecte à 8 411,29 francs. Ainsi, en novembre 1845, la faculté des sciences est recréée après plusieurs années de démarches. Son premier doyen, H. Sainte-Claire Deville2, en a assuré l’organisation avec A. Delacroix, devenu son ami.

Buste en aluminium d’Henri Sainte-Claire Deville (1818-1881), réalisé en 1882 d’après une œuvre du sculpteur Gabriel-Jules Tomas (1824-1905). Paris, Musée des Arts et Métiers, Inv. 45386. Denis Pruvrel.

Notes :
1 – AM Besançon, 4M4. Cette notice a été rédigée d’après les écrits et les plans et documents d’archives d’Alphonse Delacroix. 1 – Voir notice Sylvain Picaud “Henri Sainte-Claire Deville“.
ARTICLES SIMILAIRES :

Lucien Febvre (1878-1956)

« Nous ne sommes point, Comtois, des conformistes. Courbet ne l’était guère, ni Pasteur, ni Proudhon ne le sont », écrivait Lucien Febvre dans ses Combats pour l’histoire

Lire la suite »
error: Contenu protégé.